Dessins

 Matadors 


Les éléments convoqués le plus souvent appartiennent à des temps, des époques différentes sorte de cassure, de scission du temps. L’emploie d’un support carton imprimé relies différentes époques à la notre. Dans le but d’instaurer  une correspondance entre un monde passé et un contemporain. L’organisation mercantile et commerciale est omni présente dans les différents temps. 

 

La matador en Martinique est un femme coquette et dominatrice entretenue par plusieurs amants. Elles sont indépendantes.

Le mot matador vient du verbe «matar» en espagnol qui veut dire tuer.

 

Les Matadors  les pirates  ont  tout deux un statut social particulier.

C’est un travail sur le non dit.

Une mise à nu du personnage au sens propre comme au figuré s’opère. 

Les fleurs sont des sexes, des témoins, offrandes et liants entres les vivants et les morts 

 

Toutes ces femmes ont vécus dans une époque passé leurs prénoms viennent de récits, ou de nouvelles et surtout de compositions musicales  créé pendant le carnaval de la ville de Saint-Pierre avant l’éruption de 1902.

 

Ces chansons transmettent  quelques épisodes croustillants de la vie politique sociale de Saint-Pierre, surtout amoureuse du monde des matadors, membres influents de ces sociétés féminines rivales, reines des bals. Les paroles sont souvent grossières ou obscènes ces chants passe à travers des générations.

 

Divers éléments hétéroclites composent les entités fantomatiques, le projet matadors  n’est pas une reconstitution historique …

Le fantomatique hante nos présents nos passés nos mémoires, nos conscients et subconscients; il est insaisissable.

L’entité est au cœur du processus, les chemins restent ouverts… 

 

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Peintures

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.